LEAN & GREEN : La grande transformation industrielle du secteur de la construction ? 

La construction est en France un des secteurs industriels les plus importants . Cette industrie est plus importante que l’automobile, la mode et la santé. Elle est aussi le premier employeur en France avec 2,1M de travailleurs (1). La France compte de plus de grands champions nationaux (Bouygues Construction, Eiffage, Vinci, ..) qui font rayonner ce savoir-faire français dans le monde. 

Mais c’est aussi un des secteurs industriels les plus difficiles, confronté depuis des années à des problèmes structurels et conjoncturels importants : faible productivité, marges réduites, problème de recrutement, cycles de marché parfois brutaux… A ces sujets de préoccupation sectoriels, viennent s’ajouter désormais les sujets environnementaux. C’est un des secteurs industriels les plus exposés aux défis environnementaux du futur. La consommation apparente de matières dédiées à la construction représente 47% du total français,. Ses déchets pèsent pour plus de 75% de tous nos déchets et les chantiers sont responsables de 7% de nos émissions de CO2 (2) 

La transformation devient inévitable et complexe, mais aussi très risquée. Tous les acteurs s’interrogent sur le chemin à prendre et sur les priorités à définir. L’innovation sera-t-elle digitale avec la dématérialisation du suivi de chantier et le BIM ? Faut-il investir dans la construction modulaire, industrialisée ? 

Si le Lean et plus particulièrement le Lean-Green était le nouveau modèle industriel à réinventer pour la construction ?

Le lean porte dans son ADN à la fois une sensibilité économique et une sensibilité environnementale. TOYOTA ’est d’ailleurs depuis des années à la fois en tête des capitalisations boursières du secteur automobile et le leader du secteur sur les sujets environnementaux.

Le lean est considéré aujourd’hui comme une des pistes industrielles les plus prometteuses pour réussir à combiner Green et Rentabilité. C’est encore plus vrai pour le secteur de la Construction. 

Le “Lean Construction » existe depuis une dizaine d’année en France et n’a pas encore vraiment décollé.

Il a tenté de percer et de se développer en s’attaquant aux problématiques de mauvaise maîtrise des chantiers (coût-Qualité-Délai) avec des approches innovantes sur la gestion de planning chantier (LPS) et d’organisation des sites (5S).

Aujourd’hui, ces outils sont encore assez peu répandus. Ils demandent beaucoup d’énergie aux équipes pour les pérenniser de chantier en chantier. Les percées du Lean sont timides en France. La vision qu’en ont les acteurs de la construction est encore floue, surtout centrée sur des outils et méthodes et sur la productivité des hommes. 

économie circulaire construction

“Combiner” le Lean avec le Green est une voie innovante et prometteuse pour la construction

Cela passe par un nouveau focus, non plus sur la productivité humaine et le délai mais sur la productivité matière et la réduction des déchets.

Améliorer radicalement la productivité matière a un impact financier direct rapide. Dans la construction d’une maison ou d’un petit collectif, la matière représente en moyenne 40% et 60% du coût de construction, le reste étant de la main d’oeuvre. Viser des gains de productivité matière de 5% à 10%, c’est donc mécaniquement gagner entre 3 et 5% sur le coût de construction (3). C’est à dire beaucoup plus que la productivité actuelle du secteur qui est de 1% par an depuis 20 ans d’après une étude récente de Mac Kinsey (4).

Les premières marches sont accessibles avec un approche Lean du sujet. Les matériaux “commandés” en trop sur les chantier et “perdus”, c’est plus de 1,5Millards d’euros par an (5). Les déchets de matériaux peuvent atteindre voire dépasser les 10% sur certaines familles de produits (3).

Avec le LEAN-GREEN et son focus sur la productivité matière, la construction s’offre de plus l’opportunité de challenger et de faire progresser ses processus de façon plus collaborative et plus digitale.

Challenger la performance de ses processus “matière et matériaux” (ex l’estimation des quantitatifs ou la gestion des commandes), introduit assez naturellement l’utilisation de l’analyse de données, d’outils digitaux et du BIM, qui trouvent alors facilement leur ROI grâce à l’amélioration continue.

Travailler sur le tri et les flux de traitement des déchets pour favoriser recyclage, réemploi et revalorisation, signifie, pour les entreprises du bâtiment collaborer avec de nouveaux acteurs pour une nouvelle filière “recyclage/réemploi/ Revalorisation” génératrice de nouvelle valeur.

Le Lean-Green devient un levier de transformation puissant.

Le Lean permet de combiner efficacement Green et Cash

et et de conjuguer 2 horizons de temps différents. La construction, qui fait face à des défis environnementaux colossaux avec des marges de manoeuvres faibles et sans cesse attaquées a tout intérêt à se construire un futur LEAN pour sécuriser son avenir.

La construction fait face à des défis environnementaux colossaux. Ses marges de manoeuvres sont faibles et sans cesse attaquées. Nous avons tout intérêt à lui construire un futur "lean" pour sécuriser son avenir.

(1) : etude EY – Real Estate & Urban Monitor 2019 / https://www.ey.com/Publication/vwLUAssets/ey-real-estate-urban-employment-monitor-_3e-edition/%24FILE/ey-real-estate-urban-employment-monitor.pdf

(2) : Source ADEME : chiffres clé déchets 2017 / https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/dechets-chiffres-cles-2017-010269.pdf

(3) : etude AFLEYA 2020 et AFLEYA-GEODE Environnement 2020

(4) : Mac Kinsey – the next normal in construction – May 2020 / https://www.mckinsey.com/~/media/McKinsey/Industries/Capital%20Projects%20and%20Infrastructure/Our%20Insights/The%20next%20normal%20in%20construction/mck_the-next-normal-in-construction.ashx

(5) : étude STOCK-PRO

Article rédigé par Dominique RENARD-BRAZZI – paru dans TECHNICA – tous droits réservés